Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

29/07/2012

HAPPY-BIRTHDAY-HAïKU 1 à 14

 
MISE EN GARDE

En ce jour d’anniversaire renouvelé, considéré une fois de plus comme particulier, à tout le moins par tes proches, tes amis et par toi-même sans doute, fais donc, de grâce, cet effort d’imagination. Il ne devrait pas t’en coûter, c’est de toi qu’il s’agit et de l’événement qui est fêté: revis ta naissance !

Utilise tous les moyens à ta disposition, récits émus, photos où percent l’ingénuité et la maladresse de l’heureux père saisissant les premiers instants dans l’objectif de son réflex. Fermes les yeux, cherche dans le plus profond de ta mémoire (in)consciente cette sensation inouïe de "naître au monde" qui doit avoir été la tienne, d’autant plus forte qu’il est de notoriété qu’elle dû être pénible: ces poumons qui se déploient, ce premier-cri-réaction-de-protestation doivent avoir été des moments si forts que, même enfouis dans ton subconscient, une réflexion-méditation un rien sérieuse, au pire une thérapie très simple devrait permettre de les faire ressusciter… Rien ? Tes neurones semblent vides de tout souvenir réel, factuel, qui puisse sans discussion aucune être considéré comme ton  entière et seule propriété ?...Un doute te saisit, une hésitation te taraude face à ce mystère …Et pour cause : tu n’es jamais né(e)  ! Toutes ces célébrations, ces félicitations, ces vœux pour le (pour ton) passé, ceux pour l’avenir (pour ton avenir); ces déclarations et obligations administratives, ces incitations à décliner, absolument, une date précise. Ce patronyme que tu portes avec plus ou moins de fierté et qui n’est en réalité que l’indicateur d’une lignée génétique aux repères vagues et fantasques. Tout cela constitue un brouillard artificiel, répandu pour permettre de te figer dans l’espace-temps et t’y ficher plus sûrement. Même ce prénom, que tu n’aimes sans doute qu’à moitié, comme c’est le cas de centaines de tes semblables qui le portent, a été le choix régalien de tes géniteurs, pour désigner le fruit de leurs copulations, que la bienséance autant que la bienveillance populaire ont désigné comme "leurs amours’’…
De même ce corps, auquel tu t’identifies comme étant ta personne pérenne et pour lequel tu perçois un "léger" changement au fil des ans, se renouvelle (et meurt) en réalité en permanence, jusqu’à être totalement "re-cellulé" tous les dix ans. Seuls ne sont pas soumis à ce rythme: ton cœur, en tant qu’organe qui a autre chose à faire que de s’occuper de tes émotions et tes neurones, dont sait sous quelles influences externes elles fonctionnent.      

Rien ? Si, bien sûr, mais rien de tout ça. Ce monde auquel tu es convaincu(e) d’appartenir, fait d’amours et de merveilles mais aussi de fureur et de sauvagerie est totalement fictif. Seul toi le connais ainsi. Toi, en tant que devenu(e) un ‘Je’, tu es bien né(e) en effet, cette entité vivante à qui ses perceptions ont démarqué un espace, une ‘physio-nomie’, une réalité à laquelle elle a cru être solidement arrimée (jusqu’au jour où peut-être des questions insidieuses se seront imposées à elle…). Celle à qui les intervenants, autant maternels et bienveillants que sans aménité, tout comme les événements divers de la vie auront ‘’dit’’ qui  elle était : cette ‘’personne’’ dont peu à peu tu t’es convaincu(e).

Si donc tu veux savoir qui tu es, vraiment, ‘’qui-quoi‘’ pourrait donc bien être né(e) ce jour-là, mets-toi en quête de ce ‘’connais-toi toi-même’’ séculaire, et ne quitte pas ce chemin jusqu’à ce que tu aies trouvé la réponse qui te comblera. Ce faisant tu ne pourras que trouver, et ayant trouvé tu seras émerveillé(e), et aucune autre réponse ne te sera plus jamais nécessaire sur quelque sujet que ce soit autre que purement trivial.

Commence par refuser toute définition, qu’elle soit extérieure ou interne, de qui tu pourrais être. Cesse dès lors de te tracasser des tenants et aboutissants d’une histoire qui en réalité ne te concerne pas. ‘’Refuser, cesser‘’, ou plus exactement ‘’voir’’ que tu t’en préoccupes, et voir, en toute neutralité, que tu ‘’refuses’’ et que tu ‘’cesses’’. Ne fait rien d’autre, même si tu crains vaguement un danger, que de ‘’voir-(re)sentir‘’. Vois de la même manière tout ce qui tombe dans le rayon de ta perception, tant physique qu’intellectuelle et mentale, tout comme des réactions que cela peut susciter en toi. De cette façon tu resteras au contact, au plus près de cette objectivité, indispensable à toute ‘’connaissance‘’ un peu sérieuse, scientifique même.

Ceci te convainc et t’arme de courage ?   ...Puis quelque temps plus tard tu t’aperçois que tu as oublié de ‘’rester présent‘’ : parfait, tu as presque gagné ! Sans forcer, sans effort de volonté tu reviens à cette nécessité absolue qui te permet de savoir, hors de toute intervention intellectuelle partiale, qui tu es vraiment, cet être sans définition, fondu dans l'Être et en réalité identique à lui dans sa totalité. Donc ne te force à rien. Fais ce que tu ne peux t’empêcher de faire, pense, imagine, agi. Simplement ‘’connais-toi toi-même‘’, de cette connaissance totale, exacte parce que non biaisée, délivrée qu’elle est de tout mensonge possible.   

…Tu restes persuadé(e) d’être ce Je ?  Pas de problème, l’existence est parfaitement vivable sur cette base aussi aberrante soit-elle dans la mesure où malgré tout ce que l’on peut t’en dire, malgré tous les arguments –pourtant rationnels- présentés ici, il t’est tout bonnement impossible d’imaginer que tu n’es pas associé(e) à cette étincelle de vie que l’on désigne par ‘’toi, un(e) tel(le) ‘’, personne particulière. Respectant donc cette infirmité cognitive que t’impose la Nature pour bénéficier du statut humain qu’elle a sélectionné –avec bonheur- à ton profit, je t’offre ce HAPPY-BIRTHDAY-HAÏKU* misérablement imparfait pour t’en consoler.    

 

 *Le haïku, forme poétique japonaise, existe depuis plusieurs siècles. Il est axé sur le principe de la concision énigmatique, à méditer. Le haïku classique est composée de 17 syllabes réparties en strophes de  5–7–5 vers sans ponctuation ni rimes obligées. Bien qu’assez rigoureux dans la forme, le haïku n’est pas cérémonieux. L'école "shasei" (fin 19ème) privilégie la "description d'après nature" ou le "croquis pris sur le vif". Le haïku n’est pas un poème de circonstance mais est souvent offert pour une  occasion particulière.

En français, langue à la syntaxe complexe, le rythme 5–7–5 est extrêmement difficile à respecter sans forcer à des raccourcis biscornus. Dès lors les BIRTHDAY-HAIKU qui suivent et que vous offre ‘’vu-du-tain’’ transgressent le moins possible les règles de versification tout en respectant si faire se peut le (bon)sens de la langue.

 

 

 Hivers puis Printemps

Etés et ensuite Automnes

Cinq secondes chrono

 

 

Hiver - Printemps  - Illustration.jpg

 

 

 

 

 

 

 

L’albatros plane 

Dans les Quarante Rugissants  

Et vole en Alizées

 

 

 

ALBATROS A.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 La lune rousse en apnée

Ondoie parmi les nénuphars

 Le rossignol ploie la branche

ROSSIGNOL AB.jpg

 

 

 

 

 

 

 Un funambule sur un fil

 Le funambule glisse du fil

 Maîtrise…ou tournis

 

     

FUNANBULE A.jpg



 

Mésange à l’envers  

Comme alpiniste en devers

Sont académiciens

MESANGE  SEULE.jpg

 

 Les fruits ont mûris

 Le marron roule hors de sa bogue

 Ultimes rayons d’été

 MARRONS sans Texte.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 Hanneton des haies

 Joie des enfants au printemps

 

  Haies coupées autres jeux              

 

 

 

Hanneton Fil à la patte.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

  Mutations géniales

 

 Cou de girafe,queue de paon

 

 Sont pièges en même temps

         

 

 

 

 

 

 

PAON GIRAFE - illustration   A.jpg

 

 

 

 

 

  

 

 La brise s’apaise 

 

La nuit lentement s’épaissit

 

La lune apparaît

 

 

 

 LUNE Seule.jpg

                    


                   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Häring von Baltik

Baleine au port de Marseille

Schnaps oder Pastis 

 

 

 

 

 

 

BALEINE- MARSEILLE  A - queue BC.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Enchassé plumes au corps

 

Dans les brumes de l'étang

 

Le héron médite

 

 

 

HERON  A.jpg

 

 

 



L'enfant innocent joue

A la source de l'arc-en-ciel

Où gît le trésor

 

 

ARC EN CIEL fini sans textes.jpg

 

 

 

 

 

 

Abondance ou finesse

Comme pastèque et melon

L'une étanche l'autre charme

 

PASTEQUE A - Haïku.jpg

 

 

 

 



Lavandes libertines

Offertes au soleil ardent

Soules de parfum

 

LAVANDE et Haïku.jpg

                             ..... à suivre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.